25 septembre 2019

[ #PLIB2019 ] Le Dieu Oiseau - Aurélie Wellenstein

Auteur : Aurélie Wellenstein
Editions : Scrineo
Pages : 336
Date de sortie : 29 mars 2018
Tome : unique
Prix : 16,90€
Genre(s) : Fantasy

 

le-dieu-oiseau-600x908

 

Résumé :

Un récit psychologique sombre et violent sur le traumatisme, la résilience, la vengeance. Un roman initiatique magistral. 

Une île. Dix clans. Tous les dix ans, une compétition détermine quel clan va dominer l’île pour la décennie à venir. Les perdants subiront la tradition du « banquet » : une journée d’orgie où les vainqueurs peuvent réduire en esclavage, tuer, violer, et même dévorer leurs adversaires.
Il y a dix ans, Faolan, fils du chef de clan déchu, a assisté au massacre de sa famille. Sauvé par le fils du chef victorieux, Torok, il est depuis lors son esclave et doit subir ses fantaisies perverses.
Enfin, la nouvelle compétition est sur le point de commencer. L’occasion pour Faolan de prendre sa revanche.
Sa vengeance aura-t-elle le goût du sang ?

Mon Avis :

Je continue mes chroniques des finalistes du PLIB 2019 avec ce roman sombre et torturé qui m’a particulièrement marquée.

Ce roman est de loin le plus sombre et le plus violent des finalistes et pourtant je l’ai beaucoup aimé. L’autrice a imaginé un univers très sombre et marqué par la violence. Dès les premières pages, le ton est donné. Nous sommes confrontés à des scènes de viols, de violence et de cannibalisme. Oui, vous avez bien lu. Le cannibalisme joue un rôle important dans ce roman. Je ne vous cache pas que j’ai dû m’y prendre à deux fois pour réussir à rentrer dans l’histoire tellement cet aspect m’a écœurée.

Faolan est un personnage particulièrement complexe. Enfant, il a assisté aux viols de sa mère et de sa petite sœur et à la mort de son père qui fut ensuite mangé par le chef du clan victorieux de la précédente quête du Dieu Oiseau. Sauvé par le fils du chef victorieux, Torok, il devient son esclave et doit subir toutes sortes de tortures imaginées par l’esprit pervers de Torok. Malgré la violence de tout ce qu’il a subi, je n’ai pas réussi à ressentir de l’empathie pour Faolan. Je l’ai trouvé aussi pervers et violent que Torok, voire même plus que lui car aveuglé par le désir de vengeance.

Malgré la violence du monde imaginé et la perversion omniprésente, j’ai beaucoup aimé ce roman car la plume d’Aurélie Wellenstein est riche. Elle parvient à utiliser la littérature de l’imaginaire pour mettre en avant le côté obscur de la nature humaine et ses conséquences. Le récit est dynamique, bien rythmé et tout simplement addictif. Malgré la violence et le cannibalisme, j’ai eu du mal à lâcher ce roman. C’est clairement un roman qui ne laisse pas indifférent.

 

Ma Note : 4/5


24 septembre 2019

[ #PLIB2019 ] Terre de Brume, tome 1 : Le Sanctuaire des Dieux - Cindy Van Wilder

Auteur : Cindy Van Wilder
Editions : Rageot
Pages : 288
Date de sortie : 19 septembre 2019
Tome : 1
Prix : 16,90€
Genre(s) : Fantasy

couv19609804

 

Résumé :

Depuis le Bouleversement, cataclysme qui a recouvert son monde d’une brume toxique en ne laissant que de rares survivants, Héra vit à Taho dans le Sanctuaire des Prêtres de l'eau, où elle apprend à maîtriser la magie pour devenir guerrière. Au cours d'une mission, elle rencontre Intissar, une Sœur de Feu capable de communiquer avec les esprits. Intissar a bravé sa propre communauté pour venir avertir les habitants de Taho d’un terrible danger. Mais il est déjà trop tard : une vague de Brume, peuplée de créatures ni mortes ni vivantes, s'est levée... et frappe le Sanctuaire. Et elle frappera encore. Héra et Intissar s’allient afin d’empêcher leur monde de sombrer dans l’oubli.

 

Mon Avis :

Dans le cadre du PLIB 2019, j’ai lu le premier tome de la duologie Terre de Brume de Cindy Van Wilder. Des 5 finalistes, il s’agissait de celui qui m’attirait le moins et après lecture, c’est également celui que j’ai le moins apprécié.

Pourtant l’idée de base m’a beaucoup plu. Dans le monde imaginé par l’autrice, la pratique de la magie résulte en la création d’une Brume, dangereux résidu que les magiciens tentent de contenir.  À la suite d’un terrible accident, cette Brume échappe à leur contrôle et recouvre le monde, tuant tout sur son passage. C’est dans ce monde dévasté que nos deux héroïnes vont évoluer, prêtes à tout pour le sauver d’une terrible vague de Brume qui risque de tout anéantir sur son passage. L’histoire avait vraiment un potentiel très intéressant.

Malheureusement, je n’ai pas du tout accroché aux héroïnes. Héra et Intissar m’ont paru inintéressantes et leur relation n’est pas du tout réaliste. Pour vous donner un exemple, au début du roman Héra considère Intissar comme son ennemie jurée. La page suivante, elle se bat à ses côtés comme si elle était sa meilleure amie. C’est bien trop rapide ! La rapidité dans la succession des évènements est d’ailleurs un autre point qui m’a dérangée. Toutes les actions vont trop vite. Rien n’est approfondi. C’est vraiment dommage.

Ce roman fut donc une grosse déception pour moi. C’est clairement un titre prévu pour un public beaucoup plus jeune que moi et je n’y ai pas du tout été réceptive.

Ma Note : 2.75/5

06 septembre 2019

[ #PLIB2019 ] Rouille - Floriane Soulas

Auteur : Floriane Soulas
Editions : Scrineo
Pages : 384
Date de sortie : 16 mai 2018
Tome : unique
Prix : 16,90€
Genre(s) : Steampunk

Couverture-rouille_une

 

Résumé :

Paris, 1897. De nouveaux matériaux découverts sur la Lune ont permis des avancées scientifiques extraordinaires. Mais tout le monde n’en profite pas ! En dehors du Dôme qui protège le centre urbain riche et sophistiqué, le petit peuple survit tant bien que mal. C’est dans une maison close sur l’un de ces faubourgs malfamés qu’a échoué Violante, prostituée sans mémoire. Alors qu’elle se démène pour trouver son identité dans un monde dominé par les hommes et les puissants, sa meilleure amie disparaît dans d’atroces circonstances. Contre la raison, la jeune femme décide de prendre part aux investigations…

 

Mon Avis :

Je ne crois pas vous en avoir parlé par ici mais je suis membre du jury du Prix Littéraire de l’Imaginaire BooktubersApp 2019 (le PLIB, pour les intimes). Rouille fait partie des 5 finalistes et c’est donc la raison pour laquelle je me suis plongée dans les aventures de Violante.

Dès sa sortie, en mai 2018, ce roman m’a intriguée. Je trouvais la couverture sublime (et c’est toujours le cas) et ce que j’avais pu en lire m’intriguait. Pour autant, je ne me suis tournée vers ce titre qu’une fois élu finaliste du PLIB. Je ne saurais vous expliquer pourquoi j’ai attendu aussi longtemps avant de lui donner sa chance. Même si j’étais intriguée, je crois qu’une part de moi avait peur que le roman ne soit pas à la hauteur de mes espérances. Malheureusement, cette petite part avait raison. Je suis sortie de ma lecture avec un avis particulièrement mitigé. Laissez-moi vous expliquer pourquoi.

Tout d’abord, commençons par le positif. J’ai beaucoup aimé l’univers résolument Steampunk choisi par l’autrice. La fin du XIXème siècle et le début du XXème sont des périodes historiques que j’aime beaucoup car elles sont riches en découvertes scientifiques et technologiques. Ici, Floriane Soulas pousse les découvertes encore plus loin car on découvre que l’Homme est déjà allé sur la Lune et qu’il y a découvert de fantastiques matériaux qui sont désormais utilisés au quotidien. Bien évidemment ces découvertes ont encore renforcé les clivages entre la haute société et le reste de la population. D’un côté nous avons les riches qui vivent sous un dôme les protégeant des aléas de la météo et de l’autre, nous avons le reste de la population. A ces disparités s’ajoutent de mystérieuses disparitions au sein des prostituées et des enfants des rues. Cela donne au roman une atmosphère assez sombre, parfois même glauque. Même si ce n’est pas quelque chose que j’apprécie habituellement, j’ai adoré l’univers créé par Floriane Soulas.

Malgré cet univers très riche, j’ai eu du mal à accrocher à l’histoire de Violante. Je ne l’ai pas trouvé attachante et j’ai été totalement indifférente à son sort. Il lui arrive pourtant pas mal de choses difficiles au fil du récit et elle est confrontée à quelques horreurs. Qu’il s’agisse de sa quête d’identité ou de son enquête pour découvrir qui s’en est pris à sa meilleure amie, je n’ai pas réussi à ressentir de la compassion pour elle. Elle m’a même agacée à plusieurs reprises. Bref, entre Violante et moi le courant n’est pas passé. Heureusement, Floriane Soulas a une écriture agréable à lire et j’ai fini Rouille en l’espace de deux jours.

Ma Note : 3.25/5

En bref, l’univers imaginé par l’autrice est très riche et particulièrement intéressant mais je n’ai pas accroché à l’héroïne ou à l’intrigue. Dommage …

 

 

Posté par Celeb_Angel à 10:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

11 août 2019

Le Passageur, tome 1 : Le coq et l'enfant - Andoryss

Auteur : Andoryss
Editions : Editions Lynks
Pages : 280
Date de sortie : 16 mai 2018
Tome : 1
Prix : 15,90 €
Genres : Fantastique, Jeunesse

Le Passageur 1

 

 

Résumé :

Matéo Soler sait que les fantômes existent. Il le sait parce que sa mère en a aidé des dizaines à trouver le repos, jusqu’à ce qu’elle-même meure, des années auparavant. Ce que le jeune garçon ne pouvait pas deviner, par contre, c’est qu’il hériterait de son pouvoir. Devenu Passageur à son tour, le voilà contraint de lutter contre un trushal odji, une âme affamée. Pour s’en libérer, Matéo n’a d’autre choix que de rejoindre l’âme dans son époque d’origine afin d’y apaiser sa mort. Mais alors qu’il est propulsé au temps de la Commune et au milieu des horreurs de la semaine sanglante, il comprend que sa tâche ne sera pas si facile…

 

Mon Avis :

Avant toute chose, je souhaiterais prendre quelques instants pour vous inviter à admirer la beauté de ce livre. Regardez cette belle couverture, sentez sous vos doigts les reliefs du papier… J’en conviens, à travers un écran, vous allez avoir du mal. Enfin, je pense que vous l’avez compris, j’adore cette couverture ! Je me suis d’ailleurs amusée à la récréer à ma sauce.

 

Le Passageur 2

 

Bon, et si on passait au contenu du livre ? Je pense que c’est pour ça que vous êtes là, non ?

Alors, commençons par le commencement. Le personnage principal de cette série est un lycéen. Oui, un. Pour une fois, nous sommes en présence d’un héros masculin. Vu la prédominance de la gente féminine dans la littérature Young Adult, ça fait du bien de changer un peu de point de vue. Deuxième point qui m’a plu : Matéo appartient à la communauté Rom. Certes, il est sédentarisé mais cela permet néanmoins à l’autrice de mettre en lumière les préjugés que subissent les gens du voyage, les croyances propres à cette population mais aussi les tensions qui existent entre les Roms sédentarisés et les Roms itinérants. Ce ne sont pas des thèmes fréquemment traités dans la littérature (et encore moins dans la littérature jeunesse !), ça change !

Passons maintenant à l’intrigue. Au début du roman Matéo découvre qu’il a hérité du don de sa mère, décédée quelques années plus tôt. Il est un Passageur. Son rôle ? Aider les esprits à trouver le repos éternel. Pour ce faire, il va faire des sortes de « voyage dans le temps » et se rendre à l’époque d’origine de l’esprit. Dans ce tome, Matéo se rend donc à Paris, en plein cœur de la Commune. C’est une période sombre, violente et l’autrice parvient à bien retranscrire l’horreur de l’époque.

Franchement, j’ai passé un super moment en compagnie de Matéo. Ce roman est vraiment original, porté par des chapitres bien rythmés et des personnages attachants. Je l’ai dévoré presque sans m’en rendre compte.

Un grand merci aux éditions Lynks qui m’ont envoyé ce livre.

 

Ma Note : 4,5/5

Posté par Celeb_Angel à 18:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

27 mai 2019

Les Récits Sélénites, tome 2 : Effets d'emprise - Sélène Derose

Auteur : Sélène Derose
Editions : autoédité
Pages : 109
Date de sortie : 28 octobre 2018
Tome : 2
Prix : 4,90€
Genre principal : Horreur

couv2990955

 

Résumé :

 Histoires de toutes sortes, empreintes de mystère, naissent et s’assemblent dans la collection Les Récits Sélénites.

De la journaliste avide à l'enfant innocent, du village enclavé dans une sinistre forêt à l'immense cité aux mœurs sournoises, en passant une maison décrépie mangée par le lierre, une brume dont il faut se méfier au crépuscule, de sombres époques et leurs légendes captivantes, inquiétantes, se déploient comme l'obscurité sans lumière dans Effets d'Emprises.

Les nouvelles de ce recueil :
* Les mystères de Melmenac
* Les amants maudits
* Abomination
* Les 7 illusions
* Le musée des légendes (inspirée de faits réels)

N'oubliez pas d'éteindre les lumières superflues pour vous mettre dans l'ambiance. Bonne lecture !

 

Mon Avis :

Avant toute chose, je tiens à remercier Sélène Derose de m’avoir proposé de découvrir son recueil de nouvelles, Effets d’emprises. Je tiens d’ailleurs à lui présenter mes excuses pour le retard que j’ai pris dans la publication de cette chronique.

Effets d’emprises est un recueil de 5 nouvelles ayant toutes en commun un fond d’horreur. Etant donné qu’un rien me fait peur, j’ai mis en temps fou à lire ce court recueil car il m’a tout simplement mise mal à l’aise.  Il faut dire que l’autrice a parfaitement réussi à créer  des ambiances sombres et oppressantes. On s’y croirait ! Et c’est ce qui m’a le plus dérangée dans ma lecture car le style est agréable à lire.

Malgré mon aversion pour l’horreur (oui, je suis une vraie flipette qui déteste les films d’horreurs et les trucs qui font peur), j’ai apprécié la première nouvelle du recueil, Les mystères de Melmenac. Nous y suivons une journaliste spécialisée dans le surnaturel qui va mener l’enquête sur d’étranges disparitions. Je n’en dirais pas plus pour ne pas vous gâcher votre lecture.

Les autres nouvelles m’ont moins plu car, comme je l’ai dit plus haut, elles m’ont mises mal à l’aise et ce n’est pas du tout ce que je recherche dans mes lectures.

Néanmoins, je pense sincèrement que ce recueil plaira au amateur de nouvelles horrifiques ou aux lecteurs qui veulent frissonner de peur à la période d’Halloween. Quant à moi, je ne suis pas prête d’oublier cette lecture qui m’aura donné de belles frayeurs.

 

Ma Note : 3/5

 

Posté par Celeb_Angel à 07:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


12 avril 2019

Apocalypsis, partie 1 - Eli Esseriam

Auteur : Eli Esseriam
Editions : Lynks
Pages : 488
Date de sortie :  1er février 2018
Tome : 1
Prix : 14,90€
Genre principal : Fantastique

 

74D4E042-69FE-41F2-B9AB-97246F5F21CB

 

 

Résumé éditeur :

2012. Selon plusieurs croyances et mythologies, la Fin du Monde arrive à grands pas.
Ils sont quatre adolescents d’apparence ordinaire. Alice, Edo, Maximilian et Elias. Ils ne se ressemblent pas et n’ont, à première vue, rien en commun. Leurs vies vont pourtant s’entremêler d’étranges manières. Chacun va se découvrir un rôle dans ce cataclysme planétaire et apprendre à dominer son pouvoir unique. Ils vont devoir s’unir et sceller le Jugement Dernier. Ils sont les Cavaliers de l’Apocalypse.
Ils devront tuer, mais aussi épargner, maîtriser le sort des Hommes tout en se soumettant à leur propre destin.

Seules 144 000 âmes pourront être sauvées. En ferez-vous partie ?
Ou serez-vous un de leurs mystérieux opposants, déterminés et prêts à tout pour sauver le Monde ?

Mon avis :

Apocalypsis est une série en 5 tomes initialement parue entre septembre 2011 et septembre 2012 aux éditions Nouvel Angle. Les éditions Lynks ont réédité cette série sous la forme d’une intégrale divisée en deux volumes. Cette première partie regroupe les trois premiers tomes de la série : Cavalier blanc : Alice, Cavalier rouge : Edo et Cavalier noir : Maximilian. Chacun des quatre premiers tomes de la série présente un des Cavaliers de l’Apocalypse et le cinquième et dernier tome relate leur rencontre mais aussi les évènements qui vont mener à l’Apocalypse.

 

En lisant le résumé, j’étais très curieuse de découvrir cette réécriture de la prophétie biblique des Quatre Cavaliers de l’Apocalypse ayant des adolescents peu ordinaires en guise de héros. Ou plutôt devrais-je parler de anti-héros tellement Alice, Edo et Maximilian sont éloignés des personnages « classiques » des romans Young Adult. Alice est une jeune fille surdouée, au QI extrêmement élevé et qui fait preuve d’énormément de cynisme. De son côté Edo a vécu des évènements horribles dans son enfance et il en garde un goût prononcé pour la violence, participant régulièrement à des combats clandestins. Enfin, nous avons Maximilan, fils d’une riche famille d’origine autrichienne, jeune homme orgueilleux et charismatique qui ne fréquente que l’élite. Ces trois personnages sont vraiment complexes et l’autrice a vraiment réussi à se mettre dans leurs peaux pour nous raconter comment ils vont découvrir leurs identités de Cavaliers.

 

Le récit est entièrement fait à la première personne du singulier et Eli Esseriam a réussi l’exploit de changer radicalement de style d’un personnage à l’autre. Chaque personnage a sa façon de parler, son vocabulaire propre et une manière de vivre la découverte de son statut de Cavalier de l’Apocalypse d’une manière différente. On sent bien que l’autrice a pris du plaisir avec ses différents personnages.

 

Comme il est question de l’Apocalypse, les thèmes abordés sont loin d’être légers : mort, violence, maltraitance, manipulation, viol, etc. Pourtant, j’ai passé un excellent moment avec ma lecture. Je n’avais jamais rien lu de similaires et l’autrice a réussi à me surprendre plusieurs fois avec ses révélations et ses personnages complexes et torturés. C’est vraiment un livre étonnant et je n’ai qu’une hâte : acheter la deuxième partie de cette intégrale pour découvrir le dernier Cavalier de l’Apocalypse, Elias, et enfin savoir si les quatre Cavaliers vont réussir à mener à bien leur mission.

 

Un immense merci aux éditions Lynks qui m’ont gentiment envoyé cet ouvrage en échange d’une chronique.

 

Ma note : 4,5/5

 

Playlist de lecture :

 

Plusieurs morceaux ont accompagnés ma lecture alors je me suis que ça pourrait vous plaire de les découvrir.

 

 J'aurais pu vous mettre tous les titres de The Score mais je me suis limitée à un seul titre par artiste.

(Si ce genre de playlists vous plaît, dites-le moi et j’essaierais de vous en faire plus souvent.)

Posté par Celeb_Angel à 14:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

13 mars 2019

Le premier jour du reste de ma vie - Virginie Grimaldi

Auteur : Virginie Grimaldi

Editions : Le Livre de Poche

Pages : 336

Date de sortie : 04/05/2016

Tome : unique

Prix : 7,20€

Genre principal : Contemporain feel-good

 

9782253098461-001-T

 

Résumé éditeur :

Marie a tout préparé pour l’anniversaire de son mari : décoration de l’appartement, gâteaux, invités… Tout, y compris une surprise : à quarante ans, elle a décidé de le quitter. Marie a pris «  un aller simple pour ailleurs  ». Pour elle, c’est maintenant que tout commence. Vivre, enfin.
Elle a donc réservé un billet sur un bateau de croisière pour faire le tour du monde. À bord, Marie rencontre deux femmes qui, elles aussi, sont à la croisée des chemins. Au fil de leurs aventures, parfois loufoques, elles pleurent et rient ensemble, à la reconquête du bonheur. Leurs vies à toutes les trois vont être transformées par ce voyage au bout du monde.

 

Mon avis :

J’ai eu l’opportunité de découvrir ce roman dans le cadre du swap Le livre qui voulait faire le tour du monde. Après avoir beaucoup aimé Il est grand temps de rallumer les étoiles, j’avais hâte de découvrir un autre roman de Virginie Grimaldi. Malheureusement, ici la sauce n’a pas prit.

Malgré une plume agréable à lire, je n’ai pas accroché à l’histoire de Marie. Il faut dire que j’ai trouvé que tout allait trop vite et que l’intrigue était terriblement prévisible. A partir du moment où Marie met les pieds sur le bateau de croisière, j’ai vite deviné où l’autrice allait en venir. C’est dommage car l’idée de base est plutôt intéressante : faire un tour du monde en bateau pour réfléchir au sens de sa vie, c’est assez tentant.

J’aurais d’ailleurs aimé que l’aspect tour du monde soit plus travaillé. Au final Marie se contente de visiter rapidement quelques lieux clefs des différentes escales de la croisière. Un peu d’exploration des villes et d’échanges avec les locaux auraient, je pense, apporté un vrai plus à ce roman. Quand je voyage, j’aime découvrir les coutumes locales, m’imprégner au maximum du monde qui m’entoure. Je ne me suis donc pas du tout retrouvée dans le personnage de Marie et je pense que ce qui fait que je n’ai que moyennement apprécié ma lecture.

 

Les personnages secondaires ne m’ont malheureusement pas convaincue eux aussi. Je les ai trouvé un peu clichés et très prévisibles. Comme il s’agit du premier roman de Virginie Grimaldi, je pense que cela joue sur le manque d’approfondissement des différents personnages. Après tout, je n’avais pas relevé ce problème dans Il est grand temps de rallumer les étoiles.

Au final, je me souviens avoir trouvé que l’histoire était gentillette mais sans plus. Cela reste néanmoins une lecture agréable. Elle manque juste de profondeur et de dynamisme à mes yeux.

 

Ma note : 3/5

 

12 mars 2019

21 printemps comme un million d'année - Camille Brissot

Auteur : Camille Brissot

Editions : Syros

Pages : 224

Date de sortie : 10/01/2019

Tome : unique

Prix : 14,95€

Genre Principal : contemporain

 

9782748526103

 

Résumé éditeur :

Victor & Juliette. Amis depuis toujours, ils se connaissent par cœur. Elle fait tellement partie de sa vie qu’elle habite presque chez lui. Il sait décrypter le moindre de ses éclats d’humeur, se tient prêt à la rattraper si elle trébuche. Car Juliette, insaisissable, est toujours en mouvement. Elle vit sans penser à l’après, comme si chaque jour était le dernier.

 

Mon avis :

 Dans le cadre du festival Les Oniriques, qui se déroulaient à Meyzieu ce week-end, j’ai eu l’occasion d’assister à une interview de Camille Brissot organisée par le PLIB. Cette interview était axée autour de son roman Ceux des limbes mais elle a également parlé de 21 printemps comme un million d’années et ce qu’elle en a dit m’a donné envie de le découvrir. J’ai donc acheté son roman qu’elle m’a gentiment dédicacé. (Je reviendrais plus en détail sur mon week-end aux Oniriques car ce n’est pas le seul roman que j’ai acheté, loin de là !)

 Aussitôt acheté, aussitôt lu. C’est l’un des rares titres qui n’aura pas eu le temps de faire la connaissance de ma PAL. Je l’ai débuté lundi matin, dans le bus m’emmenant au travail, et je l’ai terminé le soir même. J’ai d’ailleurs failli rater mon arrêt et arriver en retard au travail tellement j’étais absorbée par l’histoire de Victor et Juliette.

 Camille Brissot a une plume très agréable à lire et elle réussi à rendre tous ses personnages attachants, même les plus secondaires. (On en parle des petites chauves qui sont vraiment mignonnes ?) L’amitié entre Victor et Juliette est vraiment belle et elle a su me toucher très rapidement. Le fait que l’histoire soit racontée par Victor permet d’ailleurs de voir à quel point il est attaché à Juliette et cela rend le roman encore plus beau (du moins, c’est ce que j’ai ressenti). Surtout, et c’est tellement rare que je tiens à le souligner, leur histoire n’est pas une histoire d’amour mais bel et bien une histoire d’amitié ! Pas de sentiments ambigus, pas de triangles amoureux, pas de jalousie inutile qui rendent les romans Young Adult insipides. Nous découvrons dans ce roman à l’histoire de deux jeunes de 21 ans qui ont grandi ensemble et se considèrent comme frère et sœur et ça, ça fait vraiment du bien !

Franchement, je crois que je pourrais vous parler de Victor et Juliette pendant un long moment. De l'aspect solaire de Juliette, de l'amitié qui la lie à Victor, du personnage de Victor que j'ai trouvé très intéressant, de la façon dont l'autrice aborde certains sujets, etc. Mais je ne le ferais pas car j’ai peur de vous révéler des éléments clefs de l’intrigue qui gâcheraient votre plaisir. Je vais donc m’abstenir et me contenter de vous dire ceci : si vous voulez lire un roman touchant sur l’amitié, je vous recommande chaudement de découvrir 21 printemps comme un million d’années. Personnellement, je l’ai adoré. C’est même un coup de cœur. D’ailleurs, petite anecdote, lorsque j’ai terminé ma lecture, j’ai poussé un petit soupir et j’ai serré mon livre contre moi. Ce n’est pas tous les jours que ça m’arrive ! (Ne venez pas me dire que je suis bizarre, je suis sûre que vous faites la même chose…)

Ma note : 5/5 + Coup de cœur

01 mars 2019

Daughter of the Siren Queen - Tricia Levenseller

Auteur : Tricia Levenseller

Editions : Feiwel and Friends

Pages : 341

Date de sortie : 27 février 2018

Tome : 2

Prix : 18€

Genre principal : Fantasy

 

9781250096029

Résumé éditeur :

The capable, confident, and occasionally ruthless heroine of Daughter of the Pirate King is back in this action-packed sequel that promises rousing high seas adventures and the perfect dash of magic.

Alosa's mission is finally complete. Not only has she recovered all three pieces of the map to a legendary hidden treasure, but the pirates who originally took her captive are now prisoners on her ship. Still unfairly attractive and unexpectedly loyal, first mate Riden is a constant distraction, but now he's under her orders. And she takes great comfort in knowing that the villainous Vordan will soon be facing her father's justice.

When Vordan exposes a secret her father has kept for years, Alosa and her crew find themselves in a deadly race with the feared Pirate King. Despite the danger, Alosa knows they will recover the treasure first . . . after all, she is the daughter of the Siren Queen.

In Daughter of the Siren Queen, Tricia Levenseller brings together the perfect mix of thrilling action, tense battle scenes, and a heart-pounding romance.

 

Mon avis :

Daughter of the Siren Queen est la suite de Daughter of the Pirate King que j’ai lu en décembre dernier, période à laquelle je n’avais pas vraiment le temps de m’occuper du blog.  J’avais beaucoup aimé ce premier tome riche en action, porté par une héroïne carrément badass et qui m’a rappelé à quel point j’aimais les histoires de pirates (oui, je l’admet, c’est en grande partie grâce à Pirates des Caraïbes). A l’issue de ma lecture, je n’avais qu’une hâte : connaître le dénouement de cette série en deux tomes. Contrairement à mes (mauvaises) habitudes, j’ai donc terminé cette série sans attendre des mois entre chaque tome et je ne le regrette absolument pas !

 

Daughter of the Siren Queen m’a encore plus plu que le premier tome. Dès le début, l’action est au rendez-vous et je ne me suis pas ennuyée un seul instant. J’ai complètement été embarquée par l’histoire d’Alosa. J’avais parfois l’impression d’être à ses côtés, voguant sur un vieux trois-mâts quelque part au milieu des Caraïbes. Bon, d’accord, l’impression ne durait pas longtemps. Un simple regard à travers la fenêtre du bus m’emmenant au travail suffisait à me ramener à la réalité. Mais ce n’est pas grave : l’espace d’un instant, j’étais ailleurs et c’est principalement ce que je recherche quand je lis un livre.

 

Alosa est un personnage que j’ai adoré. Elle ne manque pas de caractère et elle sait se faire respecter au milieu de ce monde de brutes qu’est la piraterie. J’ai beaucoup aimé l’idée qu’a eu l’autrice en créant un équipage composé à 95% de jeunes femmes (si mes souvenirs sont bons, il n’y a que trois hommes sous ses ordres). Ça fait du bien de voir des femmes fortes qui n’hésitent pas à se battre !

 

Concernant le style, l’écriture de Tricia Levenseller est très agréable à lire. Je ne pourrais pas vous dire si le roman est abordable pour un lecteur qui débute la lecture en VO car je maîtrise la langue depuis un moment maintenant et ce qui me semble simple ne l’est pas nécessairement pour tout le monde. Néanmoins, si vous lisez en anglais, je ne peux que vous recommander cette chouette série qui vous donnera envie de devenir un pirate le temps de quelques centaines de pages.

 

Ma note : 5/5 + gros coup de coeur

 

PS : Tout au long de ma lecture, j'ai écouté des morceaux du compositeur finlandais Antti Martikainen qui a composé plusieurs titres inspirés par les histoires de pirates. Je vous laisse donc avec l'un de mes titres préférés qui a accompagné ma lecture :

 

 

Posté par Celeb_Angel à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20 janvier 2019

Il était une fois la vie - Clara Richter

Auteur : Clara Richter
Editions : City Editions
Pages : 384 pages
Date de sortie : 26 septembre 2018
Tome : unique
Prix : 17.90€
Public : Tout Public

 

9782824612812

Résumé :

L’amour, les baisers passionnés et les cœurs brisés... Lou en connaît un rayon sur les histoires romantiques. Et pour cause : elle est l’auteur de best-sellers à l’eau de rose. Mais à force de vivre l’amour par procuration, Lou s’est enfermée dans une vie monotone et a oublié les vraies rencontres. Pour pousser la jeune femme hors de sa bulle, ses meilleurs amis lui ont concocté un petit voyage insolite. Le défi qu’ils lui lancent est simple : partir et, surtout, ne plus écrire une ligne. Elle prend donc la direction de la Bretagne, accompagnée de son excentrique grand-mère. Pendant le séjour, Lou fait la connaissance de Simon, un jeune homme de chair et d'os. Et découvre, par la même occasion, que la vraie vie est pleine de surprises et de rebondissements. Bien plus passionnante que les romans ! 

Et si elle se décidait à vivre, enfin ?

 

Mon Avis :

Après Am, stram, gram… C’est toi qui me plairas ! , j’ai eu envie de lire une nouvelle romance contemporaine et c’est encore une fois mon amie Marie qui m’a prêté ce titre.

Dès les premières pages, j’ai adoré le personnage de Lou. Elle est drôle, attachante et touchante. Son habitude de se demander ce que ferais ses personnages de romans m’a fait sourire car il m’arrive de faire la même chose. Malheureusement, cette manie a eu pour résultat que Lou mène une vie de solitaire, presque sans sortir de chez elle. Pour la forcer à s’ouvrir au monde, ces amis lui lancent trois défis : participer à un séjour type « colonie de vacances pour adultes » en Bretagne, sérieusement limiter sa consommation d’alcool et, le pire, ne plus écrire de romance ! Autant les deux premiers points lui semblent réalisables, autant le dernier va lui bosser quelques problèmes. Il faut dire qu’écrire des romances est le grand plaisir de Lou, autrice d’une série de romances à succès. Durant son séjour, elle va faire la rencontre de Simon, un jeune homme drôle, attachant et terriblement séduisant.

J’ai adoré le style de Clara Richter car elle gère parfaitement les différentes émotions tout en y ajoutant une bonne dose d’humour. Ajoutez à ça des personnages complexes et attachants et vous comprendrez vite pourquoi j’ai tellement accroché à ce roman. J’ai tout particulièrement aimé la grand-mère de Lou car elle a un côté « mamie foldingue » qui m’a bien fait rire. Et je ne vous parle même pas de Simon. J’avais un immense sourire à chaque fois que lisais des scènes dans lesquelles il apparaissait…

Même si la fin est assez prévisible, j’ai vraiment eu un coup de cœur pour ce roman. C’est exactement le genre de romances dont j’avais envie en ce moment : une romance toute douce et mignonne qui donne le sourire. Je n’avais jamais lu de romans de Clara Richter auparavant et je pense que je vais lire ses deux autres titres prochainement.

Ma Note : 5/5 + Coup de cœur

Posté par Celeb_Angel à 17:13 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,