Auteur : Karine Lebert
Editions : Presses de la Cité
Pages : 368
Date de sortie : 15 mars 2018
Tome : 1
Prix : 20,50 €
Public : Tout Public

9782258150812ORI

 

Résumé :

Gemma Harper est une jeune New-Yorkaise ambitieuse dont les certitudes vacillent à la mort de sa mère. C’est au cœur d’une Normandie inconnue que ses pas vont la guider à la découverte de ses origines cachées, liées à celles de Philippine, femme au destin romanesque durant la Seconde Guerre mondiale.

 

2000, Gemma est une jeune New-Yorkaise vive, séduisante, pragmatique, travaillant avec passion dans l’entreprise familiale de produits alimentaires. A la mort de sa mère, elle découvre que sa « vraie » grand-mère était française ; elle décide alors de partir, seule, sur ses traces. Ce voyage à la recherche de ses origines la conduit en Normandie. En sillonnant la région, Pont-l’Evêque, Le Havre, Barfleur, Colleville, l’Américaine recueille les témoignages de ceux qui ont connu Philippine. Tout commence en 1944, quand, en faisant du marché noir à Deauville, la jeune Normande rencontre Ethan, un GI, cajun de Louisiane.
Deux destins de femmes, deux continents, deux époques… L’une est en quête, la seconde se raconte. Gemma trouvera un nouveau sens à sa vie et comprendra comment Philippine a payé le prix de sa liberté. Avec en filigrane cette question douloureuse : pourquoi a-t-elle abandonné sa fille aux Etats-Unis ?

 

Mon Avis :

J’ai beaucoup les romans basés sur des secrets de famille et qui mêlent des récits au présent avec des retours dans le passé. C’est pour cette raison que je me suis lancée dans ce roman. Bien qu’appréciant les romans se déroulant pendant la Seconde Guerre Mondiale, je n’ai pas du tout accroché aux Amants de l’été 44.

Dès le début, j’ai trouvé les personnages de Gemma et Philippine inintéressants. Je n’ai pas du tout réussi à éprouver la moindre sympathie pour l’une comme pour l’autre. Leurs destins respectifs m’ont laissé indifférente. Il faut dire qu’il ne se passe pas grand chose au cours de 368 pages de ce roman. C’est d’ailleurs ce qui m’a le plus gênée dans ma lecture. J’ai eu l’impression de lire un roman creux, sans action. Bref, je me suis royalement ennuyée. J’ai quand même tenu à terminer ma lecture pour avoir le fin de l’histoire. Malheureusement, ce roman est un premier tome, ce qui n’est indiqué qu’à la toute fin du récit ! Je trouve ça tout simplement inadmissible de la part de la maison d’édition de ne pas le spécifier sur la couverture ou sur la quatrième de couverture.

Bref, vous l’avez compris, je n’ai pas du tout apprécié ma lecture.  

Ma Note : 2/5