Auteur : Tamara McKinley
Editions : Archipoche
Pages : 480
Date de sortie : 2 mai 2018
Tome : unique
Prix : 8,80 €
Public : Tout Public

9782377351527-001-G-220x356

 

Résumé :

Cela fait longtemps que Claire a quitté les terres hostiles et désolées du domaine où elle a grandi pour poursuivre ses études et sa carrière de vétérinaire à Sydney.
Lorsque lui parvient l'invitation de sa grand-tante Aurelia la conviant à une réunion de famille, Claire est ramenée à son passé, elle qui était partir après une violente dispute avec les siens…
Bien qu'à contrecœur, elle rejoint l'Outback australien. Mais comment va réagir sa mère, Ellie, qu'elle n'a pas revue depuis cinq ans ? Et Leanne, sa sœur, lui battra-t-elle toujours froid ?
En renouant avec ce passé, ce sont autant de rancœurs qui remontent à la surface, mais aussi des secrets qui ressurgissent…
Comme à son habitude, Tamara McKinley brosse le portrait de femmes courageuses. Trois générations de femmes, qui chacune à sa manière a dû lutter contre l'adversité pour gagner son indépendance.

Mon Avis :

J’ai beaucoup entendu parler de Tamara McKinley et j’avais vraiment envie de découvrir ses romans. Lorsque j’ai vu que Les fleurs du repentir faisait partie de l’offre de partenariat des éditions Archipel pour les sorties du mois de mai, je me suis empressée de le demander. Les éditions Archipel ont répondu favorablement à ma demande et m’ont donc envoyé ce roman (ainsi qu’un autre titre dont je vais vous parler très rapidement). Je tiens à les remercier de m’avoir accordé leur confiance.

Si vous me lisez depuis un petit moment, vous devez savoir que je suis toujours franche dans mes chroniques. Quand j’aime, je le dis. Quand je n’aime pas, je vous explique pourquoi. Ici, mon avis est particulièrement mitigé. Même si certains points du roman m’ont beaucoup plu, je suis assez déçue de ma lecture. Je vais essayer de vous expliquer pourquoi.

Avant tout, je vais vous parler de ce que j’ai aimé. Le gros point fort de Tamara McKinley est clairement sa capacité à décrire son pays natal : l’Australie. Aux côtés de Claire et Ellie, le lecteur va être amené à découvrir le bush australien dans toute sa splendeur. Au milieu des immenses étendues arides se cachent finalement une grande diversité : animaux sauvages, paysages superbes, immenses ranch ; etc. Les descriptions sont tellement vivantes qu’on en arrive presque à sentir le souffle chaud du vent sur notre peau en tournant les pages.

J’ai également apprécié le côté historique du roman car il nous permet de voir comment les femmes vivant dans le bush ont réussi à s’en sortir lorsque la Seconde Guerre Mondiale a commencée à impacter la vie en Australie. Les hommes partant défendre leur pays, ce sont les femmes qui se sont retrouvées à devoir gérer seules les immenses ranchs et les immenses troupeaux. Tamara McKinley a bien réussi à nous faire ressentir les difficultés auxquelles ces femmes ont été confrontées.

Maintenant que je vous ai parlé du positif, il est temps pour moi de vous parler de ce qui m’a posé problème. Malgré ces points positifs, j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de longueurs et je me suis terriblement ennuyée en lisant ce roman. Je n’arrivais pas à lire plus d’une quinzaine de pages à la fois. Je décrochais très rapidement et je partais faire autre chose ou lire un autre livre en parallèle. De plus, je n’ai pas réussi à m’intéresser au sort des personnages. Leur destin m’était complètement indifférent car j’ai très rapidement deviné les différents retournements de situations et la grande révélation finale. Pour un roman où les secrets de famille sont au cœur de l’intrigue, c’est quand même problématique.

Bref, selon moi, Les fleurs du repentir est un roman qui aurait pu être très intéressant mais qui est plombé par beaucoup trop de longueurs et dont la fin est particulièrement prévisible.

Ma Note : 2,75/5