Auteur : Ava Dellaira
Editions : Hot Key Books
Pages : 336
Date de sortie : 1er mai 2014
Tome : unique
Prix : 8,17€
Public : Jeune Adulte

 

couv24084797

Résumé :

Sometimes the best letters are the ones that go unanswered

It begins as an assignment for English class: write a letter to a dead person – any dead person. Laurel chooses Kurt Cobain – he died young, and so did Laurel's sister May – so maybe he'll understand a bit of what Laurel is going through. Soon Laurel is writing letters to lots of dead people – Janis Joplin, Heath Ledger, River Phoenix, Amelia Earhart… it's like she can't stop. And she'd certainly never dream of handing them in to her teacher. She writes about what it's like going to a new high school, meeting new friends, falling in love for the first time – and how her family has shattered since May died.

But much as Laurel might find writing the letters cathartic, she can't keep real life out forever. The ghosts of her past won't be contained between the lines of a page, and she will have to come to terms with growing up, the agony of losing a beloved sister, and the realisation that only you can shape your destiny. A lyrical, haunting and stunning debut from the protégé of Stephen Chbosky (THE PERKS OF BEING A WALLFLOWER).

Mon Avis :

Après avoir beaucoup aimé Dix-sept ans, j’ai eu envie de découvrir le premier roman d’Ava Dellaira. J’ai donc profité de mes vacances pour lire son premier roman, Love Letters to the Dead, dont j’avais tellement entendu parler.

Dès les premières pages, nous découvrons les pensées intimes de Laurel, jeune fille de 15 ans dont la grande sœur, May, est morte quelques mois auparavant. Lors d’un cours de littérature, son professeur leur donne un devoir un peu particulier : écrire une lettre à la personne de leur choix avec pour seule condition qu’elle soit décédée. Laurel va écrire à Kurt Cobain et commencer doucement à se livrer. Sa lettre étant bien trop personnelle, elle ne va pas rendre son devoir mais elle continuer à écrire à différentes personnalités décédées en guise d’exutoire pour ses émotions.

Laurel est un personnage qui n’a pas su me toucher malgré le drame qui l’a bouleversé. Elle essaie clairement de faire le deuil de sa grande sœur qu’elle idolâtrait. Pourtant, j’ai trouvé sa façon de faire assez malsaine (elle porte les vêtements de sa sœur, se comporte comme elle …). Laurel m’a vite énervée et j’ai poursuivi ma lecture pour une seule raison : découvrir ce qui était arrivé à May. Sur la fin, je passais mon temps à soupirer d’exaspération ou à lever les yeux au ciel tellement je n'en pouvais plus de son comportement !

J’ai également trouvé qu’il y avait beaucoup de clichés sur l’adolescence qui sont venus gâcher ma lecture. Les premiers amours, les fêtes, l’alcool, les drogues, des personnages secondaires qui découvrent leur homosexualité, les premiers chagrins d’amour… Tout y passe ! Comme dans beaucoup (trop) de romans Young Adult, nous sommes encore face à une adolescente perdue qui se cherche en faisant tous les mauvais choix. Quel manque d’originalité alors que l’idée de départ était si intéressante…

Bref, vous l’avez compris, je n’ai pas vraiment apprécié ma lecture. Même le style de l’auteur n’a pas réussi à sauver les meubles. J’ai trouvé l’écriture trop simple et il manque cruellement de rythme. Tout au long des 336 pages, il ne se passe presque rien. Je ne comprends vraiment pas les critiques dithyrambiques que ce roman a pu recevoir …

Ma Note : 2.5/5