Auteur : Lucie Garcia
Editions : Librinova
Pages : 166
Date de sortie : 7 mai 2018
Tome : unique
Prix : 2.99€ (ebook)
Public : Tout public

xcover-1775

 

Résumé :

Marcus n'est plus ce jeune garçon plein d'imagination et passionné d'aventures. Il n'est plus ce shérif, fan de séries d'arts martiaux et de barres chocolatées ; il est devenu adulte, avec tout ce qui va avec. Une vie sans remous, grignotée par les habitudes... Jusqu'au jour où le décès de sa mère fait remonter des lettres cachées. Qui est cet homme qui lui a écrit, sans qu'il le sache, toutes ces années ? Pourquoi sa mère lui a-t-elle caché son existence ? De quoi Marcus se souvient-il vraiment ? De l'Auvergne aux montagnes de l'Himalaya, de rencontres de personnages fantasques aux souvenirs enfouis, Marcus va petit à petit renouer avec son passé et découvrir bien plus. L'aventure ne se cache pas seulement dans la découverte du lointain, de l'exotique ; elle est souvent bien plus proche que ce que l'on pense... 

Mon Avis :

Je tiens à remercier Lucie Garcia qui m’a permis de découvrir son roman grâce à la plateforme SimPlement.pro. Merci de m’avoir accordé votre confiance.

Pour une fois, j’ai lu le résumé avant de commencer ma lecture. L’histoire de Marcus me semblait intéressante. Je n’ai pas accroché au personnage car j’ai trouvé qu’il manquait un peu de profondeur mais j’ai bien aimé sa quête de vérité. Suite à la mort de sa mère, il a envie (besoin ?) de comprendre les secrets qu’elle lui a caché toute sa vie. Il va donc se lancer dans une sorte de chasse au trésor en suivant une série d’indices laissé par Patrick, un homme mystérieux qui a croisé sa route lorsque Marcus n’avait que 8 ans. Du village de son enfance à Pokhara, Marcus va être amené à quitter sa vie calme.

Si l’idée de ce voyage m’a bien plu, je n’ai pas du tout réussi à y croire. Je m’attendais à avoir l’impression d’être dans l’Himalaya, au milieu de ces sons et ces odeurs atypiques. Je voulais visualiser les drapeaux à prière volant au vent ou encore les moines et leurs jolies robes rouges. Même si certains éléments sont là pour nous aider à imaginer la vie sur place (par exemple : le voyage en bus en Katmandou et Pokhara), j’ai trouvé qu’il manquait un peu de descriptions. Marcus passe un long moment à Pokhara avant d’exploiter le dernier indice de Patrick et pourtant cette semaine passe en seulement quelques pages. J’aurais vraiment aimé avoir plus d’informations sur son exploration de la ville. Peut-être que cela m’aurait aidé à me croire dans l’Himalaya et non dans un bus me menant au travail.

Celui qui ne savait pas pleurer n’est pas seulement le récit du voyage de Marcus. A travers l’histoire de Patrick, Lucie Garcia met en avant un sujet très important que je ne vais pas nommer pour ne pas trop vous en révéler de l’intrigue. Néanmoins, je n’ai pas totalement été convaincue par les révélations finales. Je ne saurais pas vraiment expliquer pourquoi mais j’ai trouvé l’histoire de Patrick un peu tirée par les cheveux…

Pour résumer, Celui qui ne savait pas pleurer est un roman plein de potentiel mais auquel je n’ai que moyennement accroché. Il n’en reste pas moins intéressant et plein de potentiel et je suis sûre qu’il saura trouver son lectorat.

Ma Note : 3.25/5