Auteur : Julie Klassen
Editions : Milady
Pages : 576
Date de sortie : 24 février 2017
Tome : unique
Prix : 6,90€
Public : Tout Public

couv36715920

 

Résumé :

Abigail Foster s’inquiète pour l’avenir de sa famille depuis qu’elle est ruinée jusqu’à ce qu’un étrange notaire leur propose d’emménager dans un grand manoir abandonné depuis dix-huit ans. Son père et elle sont accueillis à Pembrooke Park par le charmant vicaire, William Chapman, qui leur apprend que, selon des rumeurs, une pièce secrète renfermerait un trésor… Aux prises entre de vieux amis et de nouveaux ennemis, Abigail ignore la nature des dangers auxquels elle devra faire face avant de lever le voile sur ces mystères et de trouver l’amour qu’elle recherche depuis toujours…

Mon Avis :

Tous les mois, le site LivrAddict organise un club de lecture dont le thème est choisi par les membres. Pour le mois d’octobre, le thème à l’honneur était « Romance historique » et nous avons choisi de lire Le Secret de Pembrooke Park de Julie Klassen.

En débutant ma lecture, je m’attendais vraiment à une romance où les histoires de cœur occupent une place importante et au final ce n’est pas le cas du tout. L’autrice a mis l’accent sur le mystère qui entoure le manoir Pembrooke Park. La romance est là comme une toile de fond. Abigail est une jeune femme qui n’a (presque) aucune expérience avec la gent masculine et son cœur va balancer entre son ami d’enfance, Gilbert, et le vicaire de la chapelle voisine, William. Au fil des chapitres, on voit ses sentiments évoluer sans pour autant tomber dans la mièvrerie qui me gêne tant lorsque je lis certaines romances. En même temps, le cadre historique joue beaucoup je trouve. En effet, l’histoire se déroule lors de la Régence et les us et coutumes sont très éloignés de ce que nous connaissons actuellement. Abigail ne fait donc rien qui pourrait ternir sa réputation.

A mes yeux, le plus intéressant était donc de percer ce fameux « secret de Pembrooke Park. » Je me suis prise au jeu et j’ai essayé de découvrir ce que pouvait bien être le fameux trésor qui serait caché quelque part dans le manoir. J’ai d’ailleurs beaucoup aimé cette chasse au trésor que mène Abigail. Néanmoins, j’ai trouvé que Julie Klassen a beaucoup trop eu tendance à écarter la famille d’Abigail pour lui simplifier la tâche. Au final, la famille Foster ne joue qu’un rôle minime alors qu’ils auraient pu être plus présent. Cela aurait rajouté un peu de piquant au récit, je pense, surtout que la soeur d'Abigail est très intéressante car elle ne réalise pas l'ampleur de ses actes.

Je n’ai pas eu de coup de cœur pour ce roman mais je l’ai quand même beaucoup aimé. Je l’ai lu assez vite alors que c’est quand même un petit pavé et j’ai passé un très bon moment en compagnie d’Abigail.

Ma Note : 4/5