Auteur : Jacqueline Kelly
Editions : Ecole des Loisirs
Pages : 495
Date de sortie : 5 avril 2013
Tome : 1
Prix : 19€
Public : A partir de 12 ans

9782211223317

 

Résumé :

Calpurnia Tate a onze ans. Dans la chaleur de l’été, elle s’interroge sur le comportement des animaux autour d’elle. Elle étudie les sauterelles, les lucioles, les fourmis, les opossums.
Aidée de son grand-père, un naturaliste fantasque et imprévisible, elle note dans son carnet d’observation tout ce qu’elle voit et se pose mille questions. Pourquoi, par exemple, les chiens ont-ils des sourcils ? Comment se fait-il que les grandes sauterelles soient jaunes, et les petites, vertes ? Et à quoi sert une bibliothèque si on n’y prête pas de livres ?
On est dans le comté de Caldwell, au Texas, en 1899. Tout en développant son esprit scientifique, Calpurnia partage avec son grand-père les enthousiasmes et les doutes quant à ses découvertes, elle affirme sa personnalité au milieu de ses six frères et se confronte aux difficultés d’être une jeune fille à l’aube du XXe siècle. Apprendre la cuisine, la couture et les bonnes manières, comme il se doit, ou se laisser porter par sa curiosité insatiable ? Et si la science pouvait ouvrir un chemin vers la liberté ?

Mon Avis :

Calpurnia dormait dans ma pile à lire depuis un petit moment déjà alors que ma mère ne cessait de me le conseiller. Il aura fallu la sortie du deuxième tome (Calpurnia et Travis) pour que je me motive à le lire. Et j’aurais dû écouter ma mère plus tôt ! (Maman, si tu lis ces lignes, oui tu as souvent raison …)

Calpurnia est une jeune fille de 11 ans qui vit au sein de l’exploitation de coton familiale. Seule fille au milieu de ses 6 frères, la vie n’est pas toujours facile pour elle qui rêve de liberté. Or, en 1899, les jeunes filles ne mènent pas le même train de vie qu’aujourd’hui. Entre ses leçons de pianos, ses cours de cuisine auprès de Viola, la bonne de la famille, et ses cours de tricots avec sa mère, elle arrive quand même à trouver le moyen de passer un peu de temps avec son grand-père, un vieil homme un peu taciturne qui fait si peur à ses frères. Pourtant, le Capitaine Walter Tate n’est pas un homme méchant. Il vit juste dans son monde, au milieu de ses expériences scientifiques. A ses côtés, Calpurnia va enfin commencer à trouver des réponses à toutes ses questions : pourquoi certaines sauterelles sont-elles grosses et jaunes et d’autres petites et vertes ? Pourquoi les chiens ont-ils des sourcils ? Peu à peu Calpurnia va découvrir l’univers des naturalistes et s’intéresser de très près aux méthodes scientifiques.

Calpurnia est un personnage extrêmement attachant. Elle est curieuse et a une soif de savoir qui semble sans fin. Chaque chose qu’elle va pouvoir observer va être à l’origine de nouvelles questions auxquelles elle va tenter de répondre avec l’aide de son grand-père. Elle n’hésite pas à se lancer dans des lectures qui ne sont pas vraiment adaptées à son âges (comme par exemple le livre de Darwin). J’ai beaucoup aimé la suivre au cours des six mois durant lesquels se déroulent le récit. Elle a des idées bien arrêtées et ne comprends pas pourquoi elle ne peut pas faire les choses comme ses frères. On sent vraiment que c’est une héroïne qui a envie de changer son destin.

Puisque je parle de son destin, je vais m’attarder un petit peu sur un thème sous-jacent du roman : la question de la condition féminine au début du siècle dernier. Calpurnia rêve de pouvoir gagner sa vie, de pouvoir étudier les sciences, de devenir quelqu’un mais elle va vite déchanter en se rendant compte que ce n’est pas ce qu’on attend d’une jeune fille de bonne famille. Etant la fille d’un des plus grands exploitants agricoles du coin, la société attend d’elle qu’elle soit capable de gérer un ménage et une famille : couture, broderie, cuisine, fonder une famille … La pauvre Calpurnia a bien du mal à se faire à cette idée, elle qui rêve de liberté … Du haut de ses 11 ans, elle va tout faire pour tenter d'échapper à ce destin qu'elle refuse.

J’ai passé un excellent moment avec Calpurnia. J’ai dévoré les presque cinq cent pages en à peine quelques jours tellement j’étais avide de voir l’évolution de la relation entre Calpurnia et son grand-père. Les deux personnages vont peu à peu apprendre à se connaître, au point de devenir très proches et même complices. C’est vraiment un très beau roman et j’ai hâte d’aller rendre visite à mes parents pour pouvoir repartir avec le deuxième tome …

Ma Note : 5/5