Auteur : Anna McPartlin
Editions : Pocket
Pages : 474
Date de sortie : 2 février 2017
Tome : unique
Prix : 8€
Public : Tout Public

9782266269292

 

Résumé :

Neuf jours. C’est ce qu’il reste à vivre à Mia Hayes, surnommée affectueusement « Rabbit ». Neuf jours, après plusieurs mois de combat – parce que Rabbit est une battante, une Irlandaise bien trempée. A son chevet, famille et proches se relaient dans un joyeux ballet de souvenirs. Entre silences, gaffes et fous rires, toute la vie de Rabbit ressurgit alors : l’enfances, l’adolescence, Johnny son grand amour, et Juliet, sa fille de 12 ans – une certaine idée du bonheur…

Au fil des jours, tous s’interrogent sur leur vie et accompagnent Rabbit dans un voyage émotionnel d’une grande intensité. Quel meilleur bagage pour partir vers la lumière ?

Mon Avis :

Il y a des livres qui vous font passer un bon moment et il y a ceux qui vous bouleversent, qui vous font vibrer, qui résonnent en vous. Les derniers jours de Rabbit Hayes appartient à cette dernière catégorie. Au fil de ma lecture, je suis passée par tout une gamme d’émotion : du rire aux larmes en passant par la colère et le désespoir. Ce roman est tout simplement une petite merveille, une histoire terriblement poignante et émouvante.

Bien que mourante, Rabbit déborde de vie. Lorsqu’elle intègre la maison de soins palliatifs au début du roman, elle n’a qu’une envie : se battre pour vivre. C’est une combattante à la volonté de fer. Jusqu’à son dernier souffle, elle va tout faire pour imposer ses idées et ses choix à ses proches. Sous l’influence des nombreux médicaments qui l’aident à supporter la douleur, son esprit divague et l’emmène dans le passé. Le lecteur peut ainsi découvrir la jeunesse de Rabbit, marquée par l’influence du groupe de rock de son frère Davey. J’ai trouvé Rabbit extrêmement attachante, ce qui rend la lecture à la fois addictive et difficile. Je voulais absolument découvrir son passé et en même temps, je ne voulais pas arriver à la fin du roman car nous connaissons dès le début l’issue finale.

J’ai beaucoup aimé la façon dont le récit a été découpé : neuf parties, chacune présentant un des derniers jours de la fin de vie de Rabbit. Plus celle-ci est proche, plus Rabbit se remémore des scènes de son passé. Cette alternance de passages au présent et de passages dans le passé se fait tout naturellement. On perçoit sans problème l’influence du lourd traitement médical de Rabbit.

Bien qu’écrivant cette chronique quelques jours après ma lecture, j’ai encore du mal à trouver les mots pour exprimer mon ressenti pour ce roman. Au moment où j’écris ces lignes, Les derniers jours de Rabbit Hayes est mon plus gros coup de cœur de l’année 2017. Pour pouvoir laisser le roman mûrir tranquillement en moi, j’ai dû enchaîner avec un roman plus léger.

Ce roman est tout simplement une petite pépite, un véritable hymne à la vie. A mettre entre toutes les mains.

Ma Note : 5/5 + Enorme coup de cœur !!