Auteur : Jacques Fortier
Editions :
Le Verger Editeur
Pages :
280
Date de sortie :
16 novembre 2011
Tome : unique
Prix :
9,50€
Public : Tout Public

Sans titre 1

Résumé :

8 novembre 1918. La Grande Guerre s’achève. La France veut récupérer l’Alsace-Lorraine. Les troupes allemandes sont sur le départ, l’armée française sur la crête des Vosges.

En Alsace comme en Allemagne, les soldats mutinés font la révolution. Ils rêvent de construire, sur les ruines du vieil Empire, une République des conseils, solidaire et fraternelle.

Jules Meyer a 20 ans. Il a été marin sur la Baltique et revient à Strasbourg. Petit garçon, il a croisé la route du célèbre Sherlock Holmes au pied du Haut-Koenigsbourg, Aussi, quand sa marraine de guerre, la ravissante Violette, lui parle d’un meurtre commis dans une mystérieuse villa, Jules mène aussitôt l’enquête.

Mais quand ses investigations lui font croiser la belle et indépendante Tania, Jules se sent un peu déboussolé.

Quinze jours seulement vont s’écouler avant que les Français défilent à Strasbourg et mettent fin à la révolution alsacienne. Dans cet intervalle, Jules aura-t-il vu clair dans ce crime bizarre, dans l’Alsace qui cherche son destin, et dans son propre cœur ?

Un roman policier passionnant dans une période méconnue de l’histoire d’Alsace, quand le drapeau rouge flottait sur la cathédrale de Strasbourg.

Mon Avis :

Ce livre dort dans ma PAL depuis qu’une maman d’élève me l’a offert en guise de cadeau de fin d’année lorsque sa fille était en TPS. En septembre dernier, elle est rentrée en CE1. Ce livre a donc dormi sur mes étagères pendant près de 5 ans !

Je ne lis presque jamais de policier. J’avais donc de gros à priori avant de me lancer. Dès les premières pages, tous mes doutes se sont envolés. J’ai vite été emportée dans ce récit se situant dans une ville où j’ai vécu pendant près de 10 ans. Bien que se situant un siècle plus tôt, j’ai retrouvé des lieux connus où j’aimais tout particulièrement me promener (La Petite France, la sublime Cathédrale de Strasbourg, les Contades, etc.). J’avais un sourire jusqu’aux oreilles en lisant les aventures de Jules, Violette et Tania. J’ai adoré me retrouver dans cette ville que j’ai tant aimée.

L’enquête sur le meurtre est vraiment intéressante. Le jeune Jules est un grand amateur des enquêtes de Sherlock Holmes et est connu dans son régiment pour avoir résolu quelques petits mystères en appliquant les techniques du célèbre détective. J’ai beaucoup aimé les petits indices distillés avec soin par l’auteur. Je me suis prise au jeu de l’enquête et j’ai tenté d’élucider le meurtre avant Jules. Comme vous pouvez vous en douter, je n’ai pas réussi. La révélation de l’assassin et de ses motivations m’a agréablement surprise. Franchement, cette lecture m’a vraiment donné envie de lire plus d’enquêtes policières !

En plus de l’enquête, Jacques Fortier se penche sur une période méconnue de l’Histoire de l’Alsace : la transition entre l’Alsace Allemande de 1870 à 1918 et l’Alsace Française. Entre le retrait des troupes allemandes et l’arrivée des troupes françaises, il y eu quinze jours de flottement pendant lesquels les soldats alsaciens démobilisés vont tenter de faire la révolution et d’imposer les idées de Karl Marx. Ce côté historique du roman m’a énormément plu. J’ai beaucoup aimé découvrir cette période dont j’ignorais tout malgré plusieurs visites du Musée Historique de Strasbourg. On sent vraiment que l’auteur s’est renseigne, qu’il a fait des recherches avant de se lancer dans la rédaction de son roman. Autre point intéressant à ce contexte historique : Strasbourg étant encore allemande, les noms des lieux sont donnés en allemand. Pour permettre au lecteur de ne pas se perdre, de nombreuses notes de bas de page apportent des précisions. Par exemple, la Neuestrasse est l’actuelle rue du 22-Novembre.

Si vous aimez les romans policiers et les romans historiques, je vous recommande vivement d’y jeter un œil.

Ma Note : 4/5 

Enregistrer

Enregistrer